Chargement...
 

Prix du Fairphone

POURQUOI CES PRIX ? CELA ME PARAIT CHER.

Tout d’abord, il faut prendre en considération le prix à l’achat d’un Fairphone neuf. Dans le cas du Fairphone 2 il s’élève actuellement à 410€ TTC incluant les frais de port (et 536€ TTC lorsque nous avons constitué la première flotte pour la coopérative en 2018). Mais surtout, il faut garder à l’esprit que le but est de passer d’une économie de la possession à une économie de l’usage, et ainsi maximiser la durée de vie du Fairphone, donc de prendre en compte l’ensemble des coûts liés à la durée de vie de l’appareil et non juste son coût d’achat.

Dans un modèle de location avec services, le prix est en général sur le long terme supérieur au prix de l’appareil, car il intègre la valeur des services en question. Mais il est inférieur si l’on prend en compte tous les coûts indirects liés à la durée de vie de l’appareil (et le temps passé à géré les problèmes d’usage et les incidents).

Pour illustrer par un exemple concret, un service d’impression proposé par Xerox (l’imprimante + les services) revient plus cher sur le long terme que l’achat de l’appareil, parce qu’il inclut les réparations rapides sans limite de temps, les consommables, la gestion des commandes et des incidents, etc. Dans le cas du Fairphone, nos services visent à garantir un usage serein au quotidien et à couvrir tous les coûts indirects que vous n’aurez pas à payer sur la durée, à savoir : vérification intégrale de l’appareil pré-livraison, puis pendant toute la durée de location un service permananent de conseil et d’aide à l’usage, une protection contre les pannes, les casses, le vol, tous les frais de port associés, et une gestion globale intégrée de ces services par la coopérative, source de gain de temps pour vous.

TOUS ces services expliquent le surcoût.

Enfin, il faut garder à l’esprit que Commown est une Coopérative d’Intérêt Collectif ce qui garantit une transparence financière et des prix justes. En effet, si les prix permettent de dégager des excédents importants, l’Assemblée Générale (et donc les utilisateurs qui ont choisi de prendre une part bénéficiaire à 20€ *), pourront voter pour utiliser ses excédents, par exemple pour baisser les prix. Mais cela ne pourra pas arriver avant quelques années, et nous espérons que la communauté privilégiera alors le financement de la R&D pour soutenir les producteurs d’appareils responsables. A l’opposé, nos concurrents sont des sociétés standards, dont l’unique but est de dégager des excédents à reverser en dividendes à leurs actionnaires.

Note * : dans une SCIC les votes se font par collèges. Le collège des “bénéficiaires” a chez nous moins de poids que l’ensemble “employés et porteurs de projet”, mais plus de poids que le collège des “soutiens financiers”.